Depuis les « Manif pour tous » contre l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, un vent de renouveau militant souffle chez les cathos.

La France, pays de la laïcité, les a souvent malmenés. Et voilà qu’avec la loi Taubira sur le mariage pour tous, ils se sont réveillés. Révélés même.

Ils ont entre 20 et 27 ans. Ils sont bien élevés, bien habillés, font des études supérieures. Décomplexés, bien loin de la pudeur de leurs parents, ils ont décidé d’affirmer leur foi et de le faire savoir. Dans leur vision de la société Dieu s’inscrit en lettres capitales. Ce sont des catholiques « nouvelle génération ».

Depuis plus d’un an, on les (re)découvre par milliers battant le pavé sans relâche, veillant à la lueur des éclairages publics, allant même jusqu’à prier face au Sénat. Inconcevable il y a quelques années. Mais puisque les autres religions n’ont de cesse de s’exhiber… Pourquoi pas eux ?

Même si leurs effectifs ont très largement diminués depuis l’après-guerre, ils sont de retour les chrétiens de France. Mais alors, qui sont-ils ? Quelle est cette nouvelle lignée d’adorateurs de Dieu ? Comment vivent-ils leur confession ? Incarnent-ils le renouveau de l’Eglise française ou au contraire, une radicalisation de la pratique catholique ?

Quels que soient leurs parcours, leurs origines, leurs façons de pratiquer, pour ces jeunes catholiques, leur seule foi ne suffit plus. Leur identité chrétienne, parfaitement assumée dans la sphère privée, doit aussi l’être dans les domaines, social, culturel et même politique. Ils s’appellent Maÿlis, Vivien et Anne-Sophie. Ils sont étudiant, jeune élue ou philosophe.